Connaissez-vous Wernher von Braun ?

Nait en 1912 en Posnanie (Pologne), il fut un ingénieur passé maitre dans la mise au point des fusées… quelque soit le régime qu’il devait servir.
Accrochez-vous parce que nous allons rentrer dans le monde des paradoxes.

Pionnier de l’astronautique allemande dans les années 1930, il se met au service du régime nazi pour poursuivre ses recherches. adoubé par Hitler et Himmel qui le fit SS – Sturmbannführer, il fut l’inventeur du fameux missile V2. Pour leurs constructions, les nazis utilisèrent des déportés des camps de Dora-Mittelbau et Buchenwald. leurs fabrications feront plus de morts, environ 10 000 prisonniers, que leur utilisation comme armes de destruction massive sur l’Angleterre et les Pays-Bas de 1944 à 1945.

Récupéré après la défaite allemande avec plus d’une centaine de scientifiques allemands de premier plan, par les forces américaines, W. von Braun développe les principaux missiles balistiques de l’armée américaine. Lorsque la course à l’espace est lancée il devient un des principaux responsables de l’agence spatiale américaine (NASA) .

Au milieu des années 1950, il collabore avec Walt Disney à un grand nombre de films éducatifs ayant pour thème le programme spatial américain, pour tenter de populariser le rêve de l’aventure spatiale : Man in Space et Man and the Moon en 1955, puis Mars and Beyond en 1957.

Il est naturalisé Américain en 1955.

Il participe aux programmes de vols habités Mercury, Gemini. Lorsque le Programme Apollo est lancé par le président américain John Kennedy en 1961, W. Von Braun prend en charge la conception de la fusée géante Saturn 5, qui jouera un rôle essentiel dans la réussite des missions lunaires donc celle d’Apollo 11 du 21 juillet 1969.

Il quitte la NASA en 1972 et devient directeur adjoint de la société Fairchild Industries. En 1975 il reçoit la National Medal of Science. Il décéda en 1977 à Alexandria, Virginie.

L’homme a marché sur la lune grâce à un ancien nazi.
Tout invention scientifique et technologique débouche très souvent sur deux états superposés : la guerre et la découverte.
Un paradoxe, comme un voyage au bout de la nuit.

roller skate