Quantique : l’énergie du vide

A l’échelle atomique, le « vide » n’existe tout simplement pas.
Comme disait Raymond Devos « Si l’on peut trouver moins que rien, c’est que rien vaut déjà quelque chose… » et si rien est le vide de toute chose alors le vide vaut quelque chose.

Le vide en physique quantique est le siège d’une perpétuelle agitation où particules et anti-particules naissent et se désintègrent dans une période de temps extrêmement courte. Çà c’est l’incertitude. C’est Heisenberg qui l’a dit et écrit en deux principes.

Alors pourquoi le président de la république pédale-t-il sur un vélo qui n’a pas de chaine ?

Albert Einstein disait : « La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : rien ne fonctionne… Et personne ne sait pourquoi ! »

La réponse est peut-être là. Tant de discours et d’apparitions télévisuelles pour en arriver à des réformes plus futiles qu’utiles.

C’est ça l’énergie du vide