Trois balles de trop

Cheval de Troie
Cheval de Troie

Athènes, un enfant de 15 ans est tué de sang-froid de trois balles par un policier grec. Une émotion sans limite s’empare de la jeunesse grecque et la population dans toutes ses classes d’âge manifeste son soutien sans faille.
Depuis plusieurs jours, des jeunes par milliers, dans une grande partie des villes de Grèce, s’en prennent à tout ce qui symbolise le pouvoir, la finance et la police.Mais au-delà de l’émotion suscitée par une bavure policière commise de sang-froid, il y a le moment, qui est propice à l’expression des craintes, des frustrations et de la colère latentes dans la société grecque. « Clientélisme, népotisme et corruption restent la réalité quotidienne des Grecs, malgré les promesses de «modestie» et d’«humilité» du gouvernement conservateur, qui avait promis de combattre ces fléaux endémiques. La suite ininterrompue de scandales financiers et la publication des sommes astronomiques distribuées à quelques élus ces derniers mois ont achevé de désespérer la jeunesse. »

d’après Libération du 9 décembre 2008